Coupe de la Fédération - Finale

 La Bourgogne rate le coche

 

Le fantôme de Tyrosse hantera longtemps les cauchemars bourguignons et ajoutera à la détresse neversoise dont le XV vit l’accès aux demi-finales du Jean-Prat barré par l’équipe du Marensin. La défaite des hommes au maillot lie de vin, samedi sur l’herbe du Stade de France, en finale de la Coupe de la Fédération, doit beaucoup à la science du rugby des joueurs de la cité des Camberabero _ neuf sur la feuille de match _ … mais aussi à une première période bien mal négociée.

 

Essai à la 37e seconde !

 

L’entame se révéla terrible pour les gars de la Bourgogne puisque, dès la réception du coup d’envoi, la virtuosité tyrossaise s’étala. Sur son aile droite, Alabaladejo mystifia les premiers défenseurs adverses pour initier une action tellement bien menée qu’elle s’acheva, à l’opposé, sur un essai de Dechavanne. L’on jouait la 37e seconde…

Deux pénalités de Le Bourhis permirent ensuite aux Bourguignons de passer devant mais cette avance fit long feu, les Basco-Landais dominant copieusement ces quarante premières minutes.

Dans la continuité de l’estampille tyrossaise, une passe au pied chirurgicale de Dubert pour son compère Marbot fit mouche. Puis une énorme progression d’un maul conduisit l’arbitre à accorder un essai de pénalité. Fauqué ayant réussi deux transformations sur trois tentatives, le troisième but de Morgan Le Bourhis, juste avant la pause, ne fit que colmater les brèches côté Bourgogne.

 

Un contre de 90 mètres

 

Le second acte fut beaucoup plus équilibré, Guillaume Aguilar et ses équipiers se décidant à montrer leur vrai visage. Ainsi, Le Bourhis, toujours lui, redonna l’espoir à son camp lorsqu’il termina le travail ciselé par Vincent Cortes, dans l’axe.

Revenus dans la partie et à trois longueurs de leurs adversaires, les potes d’une super Mickaël Aït Issad se firent pourtant contrer sur l’une de leurs plus belles initiatives. Peu avant l’heure de jeu, cette offensive bourguignonne échoua à dix mètres de la ligne basco-landaise, donnant à Dechavanne l’occasion de prouver sa valeur. Il remonta le cuir plein champ et Dubert, avec l’aide et le soutien de Veeckman et Kahn, inscrivit un quatrième essai comme on plante un couteau dans le dos de l’adversaire.

 

Le banc bourguignon

 

Si certains pensèrent le match plié, d’autant que la charnière Dubert-Fauqué se chargeait de renvoyer systématiquement dans leur moitié de terrain les velléités bourguignonnes, les diverses entrées en jeu redonnèrent tout leur suspense aux débats. A l’image de Thomas Boccon, tranchant à souhait, les Bourguignons équilibrèrent la balance à la suite d’une relance parfaitement conclue par Cortes.

A 26-23 et quatre minutes à disputer, la Bourgogne eut l’occasion de l’emporter mais elle s’emberlificotât dans le lancer d’une pénaltouche puis hurla en vain sa colère, s’estimant lésée de ne pas avoir obtenu une ultime pénalité.

 

 

A Saint-Denis, Stade de France (Ovalien Dupré). – Samedi 31 mai. Côte basque-Landes bat Bourgogne 26-23 (19-9). Évolution du score : 5-0, 5-3, 5-6, 12-6, 19-6, 19-9, 19-16, 26-16, 26-23.

Pour la Bourgogne : 2 essais Le Bourhis (47e’), Cortes (76e’) ; 2 transformations et 3 pénalités (9e’, 12e’, 40e’) Le Bourhis.

Pour Côte basque-Landes : 4 essais Dechavanne (1re’), Marbot (17e’), de pénalité (30e’), Dubert (55e’) ; 3 transformations Fauqué (17e’, 30e’, 55e’).

 

BOURGOGNE : 15. Aurélien Jeuvrey (Dijon ; 21. Artero, Beaune, 56e’) ; 14. Galland (Mâcon), 13. Bonvalot, (Nevers ; 22. Trapet, Dijon, 49e’), 12. Aït Issad (Dijon), 11. Le Bourhis (Mâcon) ; 10. Cortes (Dijon), 9. Cabus (Dijon) ; 7. Aguilar (Mâcon, cap.), 8. Mahuet (Mâcon ; 18. Charlon, Mâcon, 49e’), 6. Herbin (Le Creusot ; 19. Julien Jeuvrey, Dijon, 61e’) ; 20. Manguelin, Mâcon 72e’) ; 5. Praud (Nevers), 4. Genevois (Chalon-sur-Saône ; 17. Boccon, Beaune, 67e’) ; 3. Jacouton (Dijon ; 23. Maury, Nevers, 43e’), 2. Stolz (Nevers ; 16. Branche, Mâcon, 56e’), 1. Kohler (Dijon ; 3. Jacouton, Dijon 56e’). Manager : Jean-Baptiste Moreau. Manager sportif : Fabien Guillot. Entraîneurs : Guillaume Jan et Brice Sarrandao.

CÔTE BASQUE-LANDES : 15. Langlade (Hagetmau) ; 14. Albaladejo (Tyrosse ; 21. Iturriria, Saint-Jean-de-Luz, 77e’), 13. Marbot (Tyrosse ; 20. Beuste, Hagetmau, 57e’), 12. Descazaux (Tyrosse), 11. Dechavanne (Tyrosse ; 22. Castet, Saint-Jean-de-Luz, 67e’) ; 10. Fauqué (Anglet), 9. Dubert (Tyrosse, cap.) ; 7. Lafitte (Tyrosse), 8. Zubizarreta (Hendaye ; 19. Sohet, Saint-Jean-de-Luz, 57e’), 6. Saint-Martin (Hagetmau) ; 5. Kahn (Tyrosse ; 18. Veeckman, Hagetmau, 48e’), 4. Fabre (Saint-Jean-de-Luz) ; 3. Argagnon (Anglet ; 23. Dupont, Saint-Jean-de-Luz, 48e’), 2. Rodriguez (Tyrosse ; 16. Corrihons, Hagetmau, 63e’), 1. Legras (Hendaye ; 17. Martinez, Tyrosse, 48e’). Entraîneurs : Benoît August, Régis Castetbon, Philippe Feuillade.

 

 

Arbitre : Éric Soulan (Midi-Pyrénées), assisté d’Alain Collas (Ile-de-France) et d’Hubert Durou (Normandie). Temps doux et sec, pelouse en bon état.