Championnat de France de Pro D2

Phase Retour - J27

NEVERS / OYONNAX

BD  15 - 20

 

   

 

LA MAYO POUR OYO

 

Nevers s’est de nouveau incliné sur sa pelouse, face à l’un des cadors de la compétition. Ses espoirs d’accrocher la sixième place qualificative à l’issue de la trentième journée s'envolent un peu plus. 

 

Blanc-Urruty, espoir fugace

A huit minutes du terme, après un sursis accordé involontairement par la maladresse redoublée du soulier droit de Yohan Le Bourhis, l’essai de Lucas Blanc, transformé en coin par Frédéric Urruty, raviva la flamme lentement éteinte par une formation oyonnaxienne sûre de son sujet, malgré deux cartons jaunes subis… et même un troisième sur l’action menant à la réussite de Blanc.

Les huit dernières minutes et les poussières qui les accompagnèrent se réduisirent malheureusement à une séance de à-toi-à-moi, chacun volant le ballon de l’autre. Dans leurs 22, juste après la sirène, les Andinois de Jérémy Gondrand grattèrent une ultime munition, ladite sirène sonnant comme un glas pour l’USON.

 

Cassant Cassang

Face au vent, lors de la première période, les Jaunets n’avaient pas réussi à contenir la prévisible domination des visiteurs, même s’ils les affrontèrent, un moment, à deux de plus ! A l’essai d’Issam Hamel, rentré pour remplacer un Janick Tarrit séché par Christopher Feauai, Oyo répondit immédiatement par un voyage dans l’en-but de Gabiriele Lovobalavu, opportuniste derrière une énième percée de l’intenable Charlie Cassang.

Le Bouhris, qui avait bonifié cet essai, s’offrit, juste avant le changement de côté, un missile entre les perches, lancé depuis la ligne médiane.   

 

Différence

Plus sereins, les coéquipiers de Bilel Taïeb creusèrent un écart de douze points (8-20, 53e’) nécessaire et suffisant pour conserver assez d’avance avant le réveil tardif mais prévisible des Nivernais qui purent compter sur les entrées toniques, en cours de jeu, de Jordan Sénéca et Luka Plataret. Le delta était trop important pour que Nevers recolle, à l’image de la différence affichée hier soir entre Oyonnaxiens et Bourguignons, tout comme celle, évidente, entre les Jaunets et le groupe des six qui disputeront bientôt les phases finales.

 

Ovalien Dupré

(à partir des images de Rugby +)

 

 

LES COMPOSITIONS D'éQUIPES

 

   

15. Camou ; 14. Blanc, 13. Paris (22. Le Gal, 69e’), 12. Derrieux (21. Herry, 52e’), 11. Loaloa ; 10. Ménoret, 9. Cazenave (20. Urruty, 55e’) ; 7. Cotte, 8. Fabrègue, 6. Bastide (19. Plataret, 55e’) ; 5. Du Preez (18. Witz, 55e’), 4. Bradshaw ; 3. Papidze (23. Mudariki, 59e’), 2. Tarrit (cap.) (16. Hamel, 27e’), 1. Lolohea (17. Sénéca, m.-t.).

 

 

 

Manager Xavier Péméja ; entraîneur des avants Sébastien Fouassier, entraîneur des arrières Guillaume Jan.

15. Callendret ; 14. Feauai (22. Zeghdar, 37e’), 13. Sanday, 12. Lovobalavu, 11. Giresse ; 10. Le Bourhis, 9. Cassang  (20. Gondrand, 57e’) ; 7. Hamilton (19. Credoz, 52e’), 8. Grice, 6. Taïeb (cap.) ; 5. Ursache (18. Tyrell, m.-t.), 4. Leindecar (21. Strauss, 68e’) ; 3. Mirtskhulava (23. Laclayat, 52e’), 2. Leiataua (16. Geledan, 59e’), 1. Bakabadze (17. Bordenave, 59e’).

 

 

 

Manager Joe El Abd ; entraîneur des lignes arrière Manny Edmonds ; entraîneur des avants Vincent Debaty.

 

LES FAITS DE MATCH

 

NEVERS

OYONNAX

 

ESSAIS 2 essais Hamel (35e’), Blanc (72e’) 2 essais Lovobalavu (39e’), Grice (53e’)
TRANSFORMATIONS 1 transformation Urruty (72e’) 2 transformations Le Bourhis
PENALITES 1 pénalité Cazenave (17e’) 2 pénalités (4e’, 40e’ + 3) Le Bourhis
DROPS    
   
  Feauai (27e’), Taïeb (34e’), Lovobalavu (72e’)
   

 

 

LES INFOS EN PLUS

SERMOISE-SUR-LOIRE – Jeudi 15 Avril, 18h30 – Stade du Pré-Fleuri. Oyonnax bat Nevers, 20 à 15 (13-8). Points-terrain : 4-1.

Évolution du score : 0-3 ; 3-3 ; 8-3 ; 8-8 ; 8-10 ; 8-13 ; 8-13 ; 8-20 ; 13-20 ; 15-20.

 

Arbitre : Adrien Marbot (Nouvelle-Aquitaine). Juges de touche 1, Hervé Lasausa Lespy Labaylette ; de touche 2, Pierre Puharre . Arbitre vidéo : Stéphane Boyer. Arbitre 4, Quentin Janicot. Arbitre 5 : Mickaël Perrot.

 

Beau temps froid, vent fort (favorable à Oyonnax en première période), pelouse en bon état.

 

Match à huis clos