Championnat de France de Pro D2

Phase Retour - J20

VANNES / NEVERS

17 - 17

 

 

 *Photo de la saison 2019-2020

 

UN COUP DE TABAC, LÀ, À VANNES !


 

 

Incroyables Jaunets ! Ballotés pendant vingt bonnes minutes dans les eaux tumultueuses du golfe du Morbihan, les flibustiers Nivernais ont renversé la vapeur, arrachant un nul mérité, juste après le chant de la sirène.

 

Vingt minutes en enfer

Ils n’étaient que quatre, mousquetaires titulaires à avoir noirci la feuille de match. Mais dans la foulée de Nemo Roelofse, Hugues Bastide, Théophile Cotte et Kylian Jaminet, leurs coéquipiers finirent par se mettre au diapason.

En attendant ce renouveau jaune et bleu, il a tout de même fallu passer sous les fourches caudines Vannetaises. Lorsqu’à la 22e minute, Christopher Hilsenbeck envoya le cuir entre les perches pour signer un 17-0  aussi net que précis, on ne donnait pas cher des espérances visiteuses.

 

Zébango, un peu trop

Un lancer en touche manqué avait permis, très tôt, à l’Argentin Rodrigo Bruni de transformer l’épaule droite de Nicolas Vuillemin en porte de saloon. Une passe sautée d’Hilsenbeck avait envoyé Matthys Gratien en terre promise. Et comme le capitaine Breton avait transformé ces deux essais, le second, la chaussure droite pleine de craie, l’affaire semblait déjà pliée. Le carton jaune récolté par un Jean-Yves Zébango trop pressé de plaquer constitua la cerise amère sur le gâteau raté des Nivernais.

 

Poteau sortant

Pourtant, dans le sillage d’un Bastide omniprésent mais peu en réussite, les Bourguignons se réveillèrent. Pas récompensés avant la pause, ils avaient eu le mérite de se relever et d’envoyer du jeu.

Cette persévérance continua après les agrumes. Et s’ils perdirent leur capitaine, souffrant de la cuisse gauche, les Azur et Or repartirent sans cesse à l’assaut du navire Breton.

Une pénalité offerte à Hisenbeck faillit gâcher cet enthousiasme mais son ballon heurta le poteau gauche et Nevers sut éteindre ce cuir brûlant.

 

Cotte alerte

Vannes ne le savait pas encore mais le vent venait de tourner. Un grattage d’Issam Hamel, auteur d’une rentrée tonitruante, porta le jeu dans le camp local. Au bout de l’action et du sacrifice de Léonard Paris, lui aussi excellent pour son retour à la compétition, Théophile Cotte mystifia l’ailier Gratien pour pointer dans l’en-but. Vuillemin ne transforma pas mais le compteur était débloqué.

 

L'impact d'Hamel

Monopolisant le cuir, les Jaunets jetèrent toutes leurs forces dans la bataille et Xavier Péméja tout son banc avant même la fatidique heure de jeu.

Les dix dernières minutes se transformèrent en calvaire pour les marins Bretons, comme saoulés par les vagues incessantes des visiteurs. Leur digue se fissura une première fois avec le carton jaune adressé à Rémi Piquette. Peu après, Hamel ramena ses couleurs à portée de fusil, Fred Urruty ayant malheureusement manqué la transformation de l’essai de son talonneur.

 

Bradshawesque !

L’exploit s’était-il évaporé pour autant ? Non ! Une immense touche trouvée par Jaminet posa l’escouade offensive de l’USON à deux pas de la terre promise. Un maul envoya Cyril Blanchard rejoindre Piquette se ronger les ongles hors du terrain. A quinze contre treize, dans le temps additionnel, les Bourguignons, dans un épatant collectif, firent craquer les Vannetais et Cotte, à la Bradshaw, s’étendit de tout son long pour déposer le cuir derrière la ligne.

Les Jaunets obtinrent encore mieux que le point du bonus défensif puisqu’Urruty, cette fois, transforma.

  

Ovalien Dupré

(à partir des images de Canal + Décalé) 

 

LES COMPOSITIONS D'éQUIPES

 

   

15. Troin ; 14. Gratien, 13. Holder (22. Burgaud, 70e’-78e’), 12. Symons, 11. Duplenne ; 10. Hilsenbeck (cap.) (21. Popelin, 55e’), 9. Saseras (20. Florian Cazenave, 55e’) ; 7. Iachizzi, 8. Bruni ; 6. Picault (19. Edwards, 48e’) ; 5. O’shea (18. Picquette, 51e’), 4. Marks (5. O’shea, 70e’) ; 3. Tafili (23. Dumas, 43e’), 2. Leafa (16. Blanchard, 43e’), 1. Rémi Sénéca (17. Abraham, 48e’).

 

 

 

 

Manager Jean-Noël Spitzer ; entraîneurs  Gérard Fraser et Goulven Le Garrec.

15. Jaminet ; 14. Le Gal, 13. Paris, 12. Bolakoro (22. Herry, m.-t.), 11. Zébango ; 10. Vuillemin (21. Ménoret, 55e’), 9. Guillaume Manevy (20. Urruty, 59e’) ; 7. Cotte, 8. Gascou (18. Fabrègue, 55e’) ; 6. Bastide (cap.) (19. Plataret, 43e’) ; 5. Du Preez, 4. Witz ; 3. Roelofse (17. Papidze, 51e’), 2. Genevois (16. Hamel, m.-t.), 1. Curie (23. Lolohea, 51e’).

 

 

 

Manager Xavier Péméja ; entraîneur des avants Sébastien Fouassier, entraîneur des arrières Guillaume Jan.

 

LES FAITS DE MATCH

 

VANNES

NEVERS

 

ESSAIS 2 essais Bruni (3e’), Gratien (12e’) 3 essais Cotte (49e’, 80e’ + 3), Hamel (76e’)
TRANSFORMATIONS 2 transformations Hilsenbeck 1 transformations Urruty (80e’ + 3)
PENALITES 1 pénalité (22e’) Hilsenbeck  
DROPS    
   
Picquette (72e’), Blanchard (80e’ + 1) Zébango (15e’)
   

 

 

LES INFOS EN PLUS

 

VANNES – Vendredi 19 février, 18h45 – Stade de la Rabine. Vannes et Nevers font match nul, 17-17 (17-0). Points-terrain : 2-2.

Évolution du score : 5-0 ; 7-0 ; 12-0 ; 14-0 ; 17-0 ; 17-5 ; 17-10 ; 17-15 ; 17-17.

 

Arbitre : Adrien Marbot (Nouvelle-Aquitaine). Juges de touche 1, Pierre Bru ; de touche 2, Sylvain Desvaux. Arbitre vidéo : Mourad Zitouni. Arbitre 4, Pierre-Henry Deauze. Arbitre 5 : Sedrik Molle.

 

Temps doux et sec, pelouse en excellent état, éclairage parfait.

Match à huis clos.