Championnat de France de Pro D2

Phase Aller - J5

NEVERS / BEZIERS

16 - 13

 

 

   

 

 

LE PERE NOËL APRES LA SIRENE !


 

 

Nevers a enfin inscrit le nom de Béziers à son tableau de chasse. Après quatre tentatives infructueuses, les Nivernais sont venus à bout des Biterrois mais, comme d’habitude, la lutte fut intense et terriblement équilibrée.

La mise à jour du calendrier, perturbé dans sa cinquième journée par un problème de staphylocoque, proposait donc aux Jaunets un vendredi bête noire, l’affrontement avec les Héraultais n’ayant jusque-là jamais tourné en leur faveur.

 

Ventre dur

Dans le ventre mou, ou plutôt ventre dur, tant la densité de leurs équipes peut impressionner, l’USON et l’ASBH avait une belle occasion de se hisser un peu plus haut.

Toujours aussi compact, le pack biterrois tint la dragée haute à son rival azur et or. Derrière, Jérôme Porical se chargea d’arroser le camp adverse de son pied chirurgical. En face, un peu privés de munitions, les Bourguignons s’appliquèrent à bien défendre.

 

Score de football

Dominateurs, les visiteurs se loupèrent pourtant au moment de solliciter le préposé au tableau d’affichage. Porical, de 25 mètres, face aux perches, réussit… un incroyable raté, le cuir heurtant le poteau gauche. Pas plus en verve, deux minutes plus tard, depuis la ligne médiane, il laissa le soin à Zack Henry d’ouvrir le score. Le bombardier nivernais récompensa une grosse poussée de sa mêlée.

Porical manqua une nouvelle occasion, de 22 mètres en coin, puis la défense nivernaise assura cette avance et chacun retourna aux vestiaires sur ce footballistique écart, 3-0.

 

Réaction immédiate

Décidés à remporter le bras de fer, les Biterrois insistèrent devant, dès la reprise, ce qui coûta une infériorité numérique des locaux et permit au pilier Yannick Arroyo d’aller derrière la ligne. Victor Dreuille transforma et compliqua la tâche des troupes de Xavier Péméja.

La réaction Neversoise ne se fit pas attendre. Une mêlée de fer, une pénaltouche captée par Christian Njewel et le pack propulsa Hugo Fabrègue en terre promise. Avec le bonus d’Henry, l’USON reprit les commandes (10-7, 51e’).

 

Latorre tue

Dans un temps fort, le collectif jaune et bleu réussit quelques ballons portés bien orchestrés, l’un d’eux envoyant Jonathan Best dix minutes au repos forcé. Mais si Henry concrétisa ce passage, Adrien Latorre, entré en cours de jeu, raviva l’angoisse dans les tribunes du Pré-Fleuri (13-13, 65e’).

 

Faire le gong

Qui allait forcer la décision ? Nevers montra encore les muscles, un maul permettant à Henry de donner trois points d’avance. Seulement, de 40 mètres, l’Anglais ne trouva pas la cible. Pas plus que Kylian Jaminet, à la 76e’, de 45 mètres…

L’histoire sembla se répéter, Béziers tenait le match nul, Nevers butant encore sur cet inextricable adversaire. Même si la mêlée Neversoise terminait en boulet de canon, l’ultime confrontation ordonnée, à la 78e’, ne parut pas offrir une quelconque solution aux Jaunets. D’autant que plusieurs minutes furent nécessaires pour que se dispute enfin cette mêlée.

Sirène sonnée, Tyrone Viiga délaissa l’option qui aurait mis fin au suspense et sonna la charge. Fabrègue se sacrifia pour gratter l’ovale et obtenir une pénalité. A plus de 50 mètres, les Nivernais choisirent la pénaltouche et sur le mouvement qui suivit, un Biterrois se montra fautif au sol. Ce cadeau avant les fêtes, Zack Henry n’allait pas l’échapper.

 

 

Ovalien Dupré 

 

LES COMPOSITIONS D'éQUIPES

 

   

15. Jaminet ; 14. Camou, 13. Herry, 12. Derrieux, 11. Bonvalot (21. Paris, 62e’) ; 10. Henry, 9. Cazenave ; 7. Bastide (cap.) (19. Gibouin, 16e’-28e’ ; 52e’), 8. Fabrègue, 6. Cotte ; 5. Njewel (25. Toleafoa, 52e’), 4. Bradshaw (18. Barjaud, 54e’) ; 3. Kaikatsishvili (23. Philippart, 62e’-78e’), 2. Genevois (16. Elliot, 46e’), 1. Lolohea (17. Curie, 59e’). Non utilisé : 20. Urruty.

 

 

 

Manager Xavier Péméja ; entraîneur des avants Sébastien Fouassier, entraîneur des arrières Guillaume Jan.

15. Porical ; 14. Rawaca, 13. Williams (22. Espeut, 65e’), 12. Gimeno, 11. Tawalo ; 10. Dreuille (21. Latorre, 52e’), 9. Munilla (20. Bisman, 52e’) ; 7. Grenod, 8. Viiga (19. Meafua, 47e’), 6. Barrère (8. Viiga, 65e’) ; 5. Maamry, (18. Tuineau, 50e’), 4. Best (cap.) ; 3. Hagan (23. Arroyo, 30e’-73e’), 2. Esteriola (16. Pinto Ferrer, 30e’), 1. Fernandes (17. Manukula, 30e’-59e’).

 

 

 

Manager David Aucagne, entraîneur des avants Gabriel Bocca, entraîneur des arrières Sébastien Logerot.

 

LES FAITS DE MATCH

 

NEVERS

BEZIERS

 

ESSAIS 1 essai Fabrègue (51e’)  1 essai Arroyo (45e’) 
TRANSFORMATIONS 1 transformation  Henry 1 transformation Dreuille
PENALITES   3 pénalités (37e’, 56e’, 80e’ + 4) Henry 2 pénalités Latorre (58e’, 65e’)
DROPS    
   
Bradshaw (43e’) Grenod (33e’), Best (55e’)
   

 

 

LES INFOS EN PLUS

SERMOISE-SUR-LOIRE – Vendredi 29 Novembre, 20h – Stade du Pré-Fleuri. Nevers bat Béziers, 16-13 (3-0). Points-terrain : 4-1.

Évolution du score : 3-0 ; 3-5 ; 3-7 ; 8-7 ; 10-7 ; 13-7 ; 13-10 ; 13-13 ; 16-13.

 

Arbitre : Hervé Lasausa Lespy Labaylette (Nouvelle-Aquitaine). Juges de touche 1, Benoît Rousselet ; de touche 2, Ghyslain Elias ; d’en-but 1, Sylvain Bernard ; d’en-but 2, Jean-Paul Collonge. Arbitre 4 : Pierre Guillaume Leblanc. Arbitre 5 : Loïc Bricout.

 

Temps frais et humide, pelouse souple, éclairage parfait.

6 884 spectateurs.