Championnat de France de Pro D2

Phase Retour - J19

MASSY / NEVERS

6 - 30

   

 

 

 

EXCELLENTE OPERATION 


 

 

 

Nevers a signé chez la lanterne rouge massicoise, le succès bonifié que son classement lui permettait d’envisager avant la rencontre… même si les voyages en Essonne n’avaient jamais été accompagnés, jusqu’alors, d’une telle récompense.

Face à des Franciliens accrocheurs, dans le sillage de leur troisième ligne centre Costinel Gorcioaia, mais s’éteignant au fil des minutes, les Nivernais ont construit leur victoire avec patience malgré de multiples coups du sort et une mêlée souvent pénalisée.

 

A L'AVEUGLE

 

Dans un stade Jules-Ladoumègue où les supporters bourguignons ont toujours possédé une foulée d’avance, le fantôme de la bête noire massicoise sembla rôder pendant les quarante premières minutes. Outre la pénalité réussie par Johannes Graaff, dès la 4e’, ce furent surtout les blessures successives, au cours du quart d’heure initial, d’Hikawera Elliot et Frank Bradshaw qui plombèrent un peu les débuts de Nevers.

Les Jaunets prirent quand même les devants à la 19e’ lorsque, animateur au ras des rucks, Auvasa Faleali’i adressa une merveille de passe au pied à l’aveugle à Nasoni Naqiri qui pointa joyeusement dans l’en-but. Nicolas Vuillemin transforma en coin puis trouva à nouveau la cible, sur pénalité, de 40 mètres, peu après.

 

ENCORE TENDU

 

Graaff, grâce à une barre rentrante (!), ramena son équipe à 6-10 mais personne ne se doutait que le tableau d’affichage n’allait plus changer côté local. Une nouvelle pénalité de Vuillemin et un énorme effort collectif de la défense azur et or, à cinq mètres de sa ligne, préservèrent l’avance des visiteurs aux citrons. De quoi souffler, même si la tenue de la mêlée ne pouvait rassurer, pas plus que la commotion subie par Anthony Maury, le talonneur de secours. Du coup, Max Curie, habituel pilier gauche, se coltina toute la deuxième période dans la cage.  

 

CEYTE A LA CONCLUSION

 

Pour assombrir le tableau, Thomas Ceyte s’enroba la cheville droite d’un strapping indispensable au maintien de son articulation meurtrie mais demeura sur le terrain. Ce que ne put faire Vuillemin, lui, touché à la cheville gauche !

Le sort s’inversa pourtant à 56e’. Un jeu au pied raté de Graaff offrit à Téophile Cotte, omniprésent, la possibilité de relancer dans l’axe. La suite de l’action vit Rudy Derrieux (dont certains le virent commettre un en-avant) taper à suivre acrobatiquement en terre promise où la fusée Josaïa Raisuqe fut la plus prompte à aplatir. L’essai fut accordé après conciliabule du corps arbitral, et transformé du bord de touche par Zack Henry.

Là où les précédentes équipes neversoises avaient reçu la leçon, ce millésime 2018-2019 porta l’estocade. Sans doute agacés par l’absence de sanction administrative à l’endroit de la mêlée visiteuse, les Franciliens perdirent leurs nerfs et Billy Ropiha récolta la biscotte pour une percussion sur Henry sans ballon.

Deux minutes plus tard, Raïsuqe arracha le cuir d’un passage par le sol des locaux et déclencha le plus beau mouvement de la soirée. A hauteur des 22, l’ovale fila de main en main : Henry, Derrieux, Fa’atoina Autagavaïa… Enfin, Stéphane Bonvalot fut alerté côté gauche. En repiquant au centre, ce dernier esquiva cinq défenseurs pour lancer Guram Papidze dans l’axe profond. Les gros avaient pris le relais des gazelles et Cotte s’arracha pour, à terre, donner à Ceyte le bonheur d’une course jusqu’à l’en-but où il plongea avec gourmandise. Henry termina la soirée, une soirée toute à l’avantage des Neversois, de nouveau au sommet de la Pro D2.

 

Ovalien Dupré

(à partir des images d’Eurosport Player)
 

 

 

LES COMPOSITIONS D'éQUIPES

 

   

15. Rabut ; 14. Mendes (22. Juniver, 68e’), 13. Ropiha (21. Jacomme, 75e’), 12. Delaï, 11. Dumas ; 10. Graaff, 9. Prier (20. Dauvergne, 66e’) ; 7. David, 8. Gorcioaia, 6. Dumoulin (19. Halaifonua, 53e’) ; 5. Cazac (18. Chauveau, 43e’), 4. Charlon (cap.) (6. Dumoulin, 69e’) ; 3. Chocou (23. Ferrer, 53e’), 2. Delhommel (16. Borde, 53e’), 1. Soave (17. Chellat, m.-t.).

 

Entraîneur en chef : Didier Faugeron ; entraîneur des avants Benoît Larousse ; entraîneur des arrières Stéphane Gonin.

15. Autagavaïa ; 14. Raisuqe, 13. Naqiri, 12. Derrieux, 11. Bonvalot ; 10. Vuillemin (21. Henry, 47e’), 9. Faleali’i (20. Urruty, 66e’) ; 7. Quercy (19. Gibouin, 68e’), 8. Fabrègue (cap.) (22. Fraser, 61e’), 6. Cotte ; 5. Ceyte, 4. Bradshaw (18. Barjaud, 13e’) ; 3. Roelofse (23. Papidze, 56e’), 2. Elliot (16. Maury, 11e’ ; 17. Curie, m.-t.), 1. Sénéca.

 

 

Manager général Xavier Péméja ; entraîneurs des avants Sébastien Fouassier, entraîneurs des arrières Guillaume Jan.

 

LES FAITS DE MATCH

 

MASSY

NEVERS

 

ESSAIS   3 essais Naqiri (19e’), Raisuqe (56e’), Ceyte (67e’)
TRANSFORMATIONS   3 transformations Vuillemin (19e’), Henry (56e’, 67e’)
PENALITES 2 pénalités Graaff (4e’, 29e’) 3 pénalités Vuillemin (22e’, 32e’), Henry (65e’)
DROPS    
   
Rophia (65e’)

 

   

 

LES INFOS EN PLUS

MASSY – Vendredi 25 janvier, 20h – Stade Jules-Ladoumègue. Nevers bat Massy, 30-6 (13-6). Points-terrain : 5-0.

Évolution du score : 0-3 ; 5-3 ; 7-3 ; 10-3 ; 10-6 ; 13-6 ; 18-6 ; 20-6 ; 23-6 ; 28-6 ; 30-6.

 

Vivien Praderie (Occitanie). Juges de touche 1, Thierry Malet ; de touche 2, Christophe Bats ; d’en-but 1, Jean-Marc Tartini ; d’en-but 2, Christian Grégoire. Arbitres 4 : Damien Dauvissat ; 5 : Pierre-Guillaume Leblanc.

 

Temps froid et humide, pelouse grasse, éclairage timide.