Championnat de France de Pro D2

Phase Retour - J16

NEVERS / VANNES

32 - 6

   

 

 

 

C'EST CADEAU !


 

 

 

Nevers a balayé Vannes, 32-6, et s’est offert une victoire bonifiée. Bayonne ayant perdu à Aix-en-Provence, les Jaunets sont remontés dans le traîneau du leader.

La pluie qui arrosa le Pré-Fleuri durant toute la journée de vendredi allait-elle contrecarrer les ambitions offensives des Nivernais lorsqu’ils évoluent chez eux et des Bretons quand ils sont loin de leurs maisons ? Force est de constater que chacun se moqua de la douche céleste pour produire l’un des plus beaux matches de l’année.

 

MAUL DEVASTATEUR

 

Les gars du Morbihan affichèrent quelques velléités et il fallut un excellent grattage au sol de Tornike Mataradze pour donner une première bouffée d’oxygène au collectif azur et or. Le geste du jeune pilier géorgien fut suivi d’un coup de pied de dégagement de Zack Henry, début d’une longue souffrance pour le fond de terrain breton.

Lancés dans la rencontre, les Usonistes firent souffrir le martyre à leurs adversaires lors des minutes suivantes. Un maul dévasta tout sur son passage et Nevers porta le danger dans les 22 visiteurs.

La défense vannetaise craqua une première fois, le deuxième ligne Daniel Tuohy écopant d’un carton jaune.

Il n’en fallait pas plus pour que ‘‘Wini l’oursin’’ frappe à deux reprises. Le phénoménal Josaïa Raisuqe échappa d’abord à trois défenseurs pour inscrire le premier essai, puis se trouva à point nommé pour aplatir un ballon tapé à suivre par Loïc Le Gal, sans aucune faute de goût malgré les conditions.

 

HENRY CHEF D'ORCHESTRE

 

Vannes n’abdiqua pas. Dans le sillage du bulldozer Manoa Vosawaï, qui percuta sans relâche le mur neversois, les Bretons obtinrent deux pénalités que convertit leur capitaine Christopher Hilsenbeck.

A 12-6 aux agrumes, le Père Noël n’avait pas encore choisi au pied de quel sapin il allait déposer ses cadeaux. En réussissant deux buts aux 49e et 59e minutes, Henry présenta quelques indices au vieil homme bedonnant…

L’ouvreur anglais, auteur d’une percée magistrale sur le renvoi, ramena ses troupes à portée d’un nouvel essai. Et ce fut l’entrant Jordan Sénéca qui, après un gros travail de tous les avants, perfora la défense visiteuse pour donner encore plus de relief au succès qui se dessinait.

 

ACCLAMATIONS

 

L’heure de jeu avait sonné et, comme souvent, l’adversaire de Nevers venait de lâcher. Un quatrième voyage derrière la ligne, signé, là-aussi, d’un joueur issu du banc, Senio Toleafoa, fit s’allumer le Pré comme s’il était recouvert de guirlandes.

Si Anthony Bouthier empêcha les Neversois d’inscrire un cinquième essai en rattrapant Hugues Bastide auteur d’une immense chevauchée, c’est l’USON qui fut, au final, acclamée sur l’air des lampions.

Les sifflets d’Angoulême étaient tombés aux oubliettes et le chaudron pouvait faire la fête. Quand la nouvelle de la défaite bayonnaise en Provence fut annoncée, chacun compris que les Jaunets allaient finir l’année à la meilleure place, devant la cheminée.

 

Ovalien Dupré
 

 

 

LES COMPOSITIONS D'éQUIPES

 

   

15. Le Gal ; 14. Raisuqe, 13. Naqiri, 12. Bolakoro (11. Bonvalot, 73e’), 11. Bonvalot (22. Derrieux, 62e’) ; 10. Henry (9. Bessaguet, 77e’), 9. Bessaguet (20. Urruty, 48e’) ; 7. Quercy (19. Bastide, 53e’), 8. Fabrègue (cap.), 6. Kazubek ; 5. Ceyte (21. Toleafoa, 55e’), 4. Barjaud (18. Bradshaw, 46e’) ; 3. Roeloefse (23. Garcia, 55e’), 2. Genevois (16. Tarrit, 67e’), 1. Mataradze (17. Jordan Sénéca, 62e’). 

 

 

Manager Xavier Péméja ; entraîneur des avants Sébastien Fouassier, entraîneur des arrières Guillaume Jan.

15. Popelin (22. Bouthier, 32e’-42e’) ; 14. Bly, 13. Hickes, 12. Vulivuli, 11. Fartass (22. Bouthier, 53e’) ; 10. Hilsenbeck (cap.), 9. Menzel (21. Le Bail, 54e’) ; 7. Chalmers, 8. Vosawaï (6. Picault, 77e’), 6. Picault (20. Kamikamica, 46e’) ; 5. Tuohy (18. Picquette, 54e’), 4. Delangle (19. Jones, 46e’) ; 3. Tafili (23. Kite, 46e’), 2. Leafa (16. Cloostermans, 46e’), 1. Rémi Sénéca (17. Vola, 46e’). 

 

 

Manager et entraîneur des avants Jean-Noël Spitzer ; entraîneur des arrières Gérard Fraser.

 

LES FAITS DE MATCH

 

NEVERS

VANNES

 

ESSAIS 4 essais Raisuqe (14e’, 22e’), Jordan Sénéca (64e’), Toleafoa (73e’)  
TRANSFORMATIONS 3 transformations (22e’, 64e’, 73e’) Henry  
PENALITES 2 pénalités (49e’, 59e’) Henry 2 pénalités Hilsenbeck (32e’, 37e’)
DROPS    
   
 

Tuohy (12e’).

   

 

LES INFOS EN PLUS

SERMOISE-SUR-LOIRE – Vendredi 21 décembre, 20 h – Stade du Pré-Fleuri. Nevers bat Vannes, 32-6 (12-6). Points-terrain : 5-0.

Évolution du score : 5-0 ; 10-0 ; 12-0 ; 12-3 ; 12-6 ; 15-6 ; 18-6 ; 23-6 ; 25-6 ; 30-6 ; 32-6.

 

Flavien Hourquet. Juges de touche 1, Alexis Darche ; de touche 2, Benoît Traineau ; d’en-but 1, Richard Nocart ; d’en-but 2, Frédéric Diaz. Arbitre 4 : Aurélie Groizeleau. Arbitre 5 : Mickaël Perrot.

 

Temps doux, pluie fine et continuelle, vent sensible, pelouse en excellent état, éclairage parfait.

6 552 spectateurs.