Championnat de France de Pro D2

Phase Aller - J14

NEVERS / ANGOULEME

13 - 12

   

 

 

 

C'ÉTAIT BIEN UN PIÈGE !


 

 

Xavier Péméja avait mis en garde ses troupes, la venue de Soyaux-Angoulême au Pré-Fleuri, dans la foulée d’une victoire bonifiée au dépend de Carcassonne, constituait le piège parfait. Ses joueurs sont pourtant tombés dedans ! Le seul point positif de la soirée de vendredi réside dans le fait que les Jaunets s’en soient extraits, presque miraculeusement, restant en tête de la Pro D2.

La partie débuta mal pour les visiteurs, leur ailier gauche Lucas Caneda se sacrifiant au placage sur Josaïa Raisuqe. Sorti sur civière, dès la 4e minute, il donna des nouvelles rassurantes pendant le match. Ce qui ne fut pas le cas des Usonistes. Contrariés en mêlée, pas sereins en touche, ils se firent, de plus, contrer dans leur ambition de jeu au large. Soit par le travail des avants Charentais, symbolisé par l’omniprésent pilier droit Joël Sclavi, soit par une inhabituelle maladresse.

 

L'homme invisible

 

Nicolas Vuillemin avait pourtant ouvert le score à la suite d’une longue offensive des siens mais tout sembla se dérégler lorsque Fa’atoina Autagavaïa envoya le cuir au juge de touche, à la 13e minute. Comme par mimétisme, les Nivernais accumulèrent les approximations, les excès d’individualisme et les passes à l’homme invisible. Flairant le bon coup, les Angoumoisins appliquèrent les consignes, alternant ballons au chaud, attaques placées et, quand il le fallait, jeu au pied. Les ogives balancées dans le dos de la défense bourguignonne par l’ouvreur Guillaume Laforgue constituèrent autant de patates chaudes à négocier.

 

UN SEUL ESSAI

 

Dans un chaudron refroidi, Erwan Nicolas claqua trois buts avant la pause, sa quatrième tentative heurtant le montant gauche. N’empêche, à la pause, les Azur et Or étaient raccompagnés aux vestiaires par quelques sifflets et un débours de six unités.

Les entrées de Jean-Philippe Genevois et de Nemo Roelofse redonnèrent du peps au jeu des locaux et le troisième ligne Aldric Lescure fut parqué dix minutes à cause d’un placage haut. Nevers profita immédiatement de l’aubaine, Auvasa Faleali’i, transparent jusque-là, plaçant Stéphane Bonvalot dans le couloir pour marquer le seul essai de la rencontre. La chaussure gauche blanchie par la craie de la ligne de touche, Vuillemin trouva la cible, sa transformation donnant l’avantage à son équipe pour la première fois.

 

ANXIété finale

 

Ce retournement de situation ne constitua pourtant pas le déclic attendu. Les Neversois n’étaient pas dans leur assiette et même la nouvelle supériorité numérique due au carton jaune récolté par le deuxième ligne Sabri El Ghoul, auteur d’un placage dangereux sur Genevois, ne provoqua pas l’euphorie escomptée.

L’oxygène apporté par Vuillemin, en conclusion d’une charge du talonneur usoniste, disparut quand ce fut au tour de Fred Quercy d’être renvoyé sur le banc pour une faute identique à celle d’El Ghoul.

L’arrière Benjamin Magnoac ramena ses couleurs à un souffle, 13-12, et l’on ne voyait guère comment de tels Usonistes allaient bien pouvoir tenir dans ces conditions.

Le SAVX eut la balle de match mais, à deux minutes du terme, les forces avaient fui Magnoac qui, depuis quasiment la ligne médiane, ne put donner la victoire aux Charentais. Un jeu au pied inopportun d’Adrien Ayestaran, juste après, redonna la possession à Nevers et une pénaltouche trouvée par Stellio Bessaguet permit à l’USON de conserver l’ovale jusqu’à ce que le demi de mêlée nivernais envoie l’ultime ballon hors des limites du terrain, soulageant un Pré-Fleuri peu habitué à voir ses poulains aussi ternes.

 

Ovalien Dupré
 

 

 

LES COMPOSITIONS D'éQUIPES

 

   

15. Autagavaïa ; 14. Raisuqe, 13. Naqiri, 12. Derrieux (22. Bolakoro, 65e’), 11. Bonvalot ; 10. Vuillemin, 9. A. Faleali’i (20. Bessaguet, 52e) ; 7. Gibouin (cap.), 8. Manevy (18. Fabrègue, 52e’), 6. Kazubek (21. Quercy, 59e’) ; 5. Toleafoa (19. Bradshaw, 59e’), 4. Barjaud ; 3. Lolohea (17. Roeleofse, m.-t.), 2. Elliot (16. Genevois, m.-t.), 1. Sénéca (23. Garcia, 64e’).

 

 

Manager Xavier Péméja ; entraîneur des avants Sébastien Fouassier, entraîneur des arrières Guillaume Jan.

15. Magnoac ; 14. Mau, 13. Wilson, 12. Pehau, 11. Caneda (22. Velten, 4e’) ; 10. Laforgue (cap.), 9. Nicolas (20. Ayestaran, 64e’) ; 7. Lescure, 8. Muarua (4. Maurens, 74e’), 6. Sutiashvili ; 5. El Ghoul (19. Roger, 72e’), 4. Maurens (18. Gay, 72e’) ; 3. Sclavi (23. Tevdorashvili, 72e’), 2. Mareuil (16. Boundjema, 28e’-38e’, m.-t.), 1. Ta’alapitaga (17. Guion, 61e’). Non utilisé : 21. Even.

 

 

Entraîneur des avants Julien Laïrle, entraîneur des arrières Rémi Ladauge.

 

LES FAITS DE MATCH

 

NEVERS

ANGOULEME

 

ESSAIS 1 essai Bonvalot (46  
TRANSFORMATIONS 1 transformation Vuillemin   
PENALITES 2 pénalités (10, 64) Vuillemin 4 pénalités Nicolas (16, 21, 23), Magnoac (72)
DROPS    
   
Quercy (71

Lescure (45), El Ghoul (61)

   

 

LES INFOS EN PLUS

SERMOISE-SUR-LOIRE – Vendredi 7 décembre, 20 h – Stade du Pré-Fleuri. Nevers bat Soyaux-Angoulême, 13-12 (3-9). Points-terrain : 4-1.

Évolution du score : 3-0 ; 3-3 ; 3-6 ; 3-9 ; 8-9 ; 10-9 ; 13-9 ; 13-12.

 

Mathieu Delpy. Juges de touche 1, Mathieu Noirot ; de touche 2, Francis Giacomini ; d’en-but 1, Roberto Sanchez ; d’en-but 2, Jean-Paul Collonge. Arbitre 4 : Quentin Vandegucht. Arbitre 5 : Xavier Cazalas.

 

Temps frois et sec, pelouse en excellent état, éclairage parfait. 

 6485 spectateurs.