Championnat de France de Pro D2

Phase Aller - J13

NEVERS / CARCASSONNE

41 - 10

   

 

 

 

AGILES ET JAUNES !


 

 

Nevers est en tête de la Pro D2. Les spécialistes souligneront même qu’elle mène aussi au classement britannique, d’une longueur sur Oyonnax. Un trône conquis grâce à une victoire bonifiée, longue à se dessiner mais flamboyante dans sa destinée.

Sous leur maillot jaune, signe d’une prestation dans leur chaudron du Pré-Fleuri, les Neversois ont terminé en boulet de canon, se montrant d’une dextérité exemplaire, en dépit des mauvaises conditions climatiques. Carcassonne, qui avait emmagasiné une victoire et quatre bonus défensif loin de ses bases, n’a pas pu tenir la distance.

 

LES BRAS DE BRADSHAW

 

Ce furent pourtant les Audois qui démarrèrent le mieux. Le pied droit de Gilles Bosch concrétisa cette entame alors que les Nivernais en étaient encore à balbutier leur rugby. Mais, à la 8e’, le géant Frank Bradshaw sonna le réveil. Ses grands tentacules arrachèrent un ballon à la touffeur d’un maul et l’action s’enclencha côté droit, où Josaïa Raisuqe envoya sur les fesses le talonneur Maxime Castant. Il y eut un en-avant ensuite mais il permit à la mêlée locale de montrer de quel bois elle se chauffe.

Zack Henry, pied gauche magique, égalisa, d’abord. Mzwanele Zito fut exclu temporairement, en suite. La mêlée jaune et bleue dévasta sa rivale pour obtenir un premier essai, de pénalité, enfin.

 

CARCASSONNE SONNE LA RÉVOLTE

 

De nouveau à quinze contre quinze, les joueurs de l’Aude ne purent pourtant empêcher Jean-Philippe Genevois de doubler la mise, en terminant une pénaltouche dans l’en-but.

Vexé de voir ses avant autant chahutés en mêlée, le manager Christian Labit changea ses piliers par le bouillant Andrei Ursache et l’éternel Karena Wihongi, 39 ans et référence à droite. L’effet fut quasi immédiat, le premier nommé marquant comme un centre affamé.

La pause fut atteinte sur un 17-10 conservant tout son suspense aux débats. Personne ne se doutait alors que les Carcassonnais allaient en rester là…

 

RAISUQUE ROIS DES REMPARTS

 

Les Occitans retardèrent l’échéance tant qu’ils purent, à l’image de leur troisième ligne aile Clément Doumenc, gratteur-plaqueur, polluant un grand nombre des offensives locales.

Une fois encore, le salut passa par Bradshaw, piquant une munition dans l’alignement, à la 66e’. Une minute plus tard, les vagues azur et or déferlèrent sur la digue audoise, la dernière donnant à Loïc Le Gal l’occasion d’une offrande à Gautier Gibouin, en position d’ailier. Du bord de touche, Henry transforma et la perspective d’une victoire bonifiée déchira la grisaille ambiante.

Juste après une défense de tigre de Nasoni Naqiri sur Antoine Lescalmel, un déboulé de son compère Raisuqe fit valser les ultimes remparts de Carcassonne. Le phénomène enflamma tout un stade en signant un nouvel exploit. Et comme cela ne suffisait pas, en conclusion d’un autre numéro d’équilibriste du Fidjien volant, c’est Naqiri qui déposa dans l’en-but la cerise sur le gâteau offensif des Jaunets. Nicolas Vuillemin, qui avait pris de relais d’Henry, se fit une joie de transformer ces deux derniers essais. 41-10, le Pré-Fleuri pouvait chavirer.

 

Ovalien Dupré
 

 

 

LES COMPOSITIONS D'éQUIPES

 

   

15. Le Gal ; 14. Raisuqe, 13. Naqiri, 12. Bolakoro (10. Henry, 79e’), 11. Guildford ; 10. Henry (22. Vuillemin, 72e’), 9. Urruty (21. Bessaguet, 69e’) ; 7. Bastide (cap.) (20. Manevy, 72e’), 8. Fabrègue, 6. Cotte (19. Gibouin, 47e’) ; 5. Ceyte (18. Barjaud, 52e’), 4. Bradshaw ; 3. Roeloefse (23. Lolohea, 65e’), 2. Genevois (16. Elliot, 61e’), 1. Mataradze (17. Sénéca ,14e’-22e’ ; 65e’).

 

 

Manager Xavier Péméja ; entraîneur des avants Sébastien Fouassier, entraîneur des arrières Guillaume Jan.

15. Mc Mahon (22. Jasmin, 72e’) ; 14. Oltmann, 13. Giorgis, 12. Pili-Gatau, 11. Brady ; G. Bosch (21. Lescalmel, 59e’), 9. Valentine (20. Anon, 59e’ ; 10. Bosch, 69e’) ; 7. Doumenc, 8. Meité (cap.), 6. Huguet (19. Tuilagi, 62e’) ; 5. M. Zito (4. Manchia, 69e’), 4. Manchia (18. Coste, 55e’) ; 3. Burduli (23. Wihongi, 33e’-72e’), 2. Castant, 1. Devisme (17. Ursache, 33e’-66e’-72e’). Non utilisé : 16. Bissuel.

 

 

Manager Christian Labit ; entraîneur des avants Mathieu Sidre, entraîneur des arrières Nicolas Nadau.

 

LES FAITS DE MATCH

 

NEVERS

CARCASSONNE

 

ESSAIS 5 essais de pénalité (15), Genevois (28), Gibouin (67), Raisuqe (76), Naqiri (78)

1 essai Ursache (35)

TRANSFORMATIONS 5 transformations de pénalité (15), Henry (28, 67), Vuillemin (76, 78)  Bosch
PENALITES 2 pénalités Henry (11, 58) 1 pénalité (5)
DROPS    
   
 

Zito (14), Coste (79)

   

 

LES INFOS EN PLUS

SERMOISE-SUR-LOIRE – Dimanche 2 décembre, 14 h 15 – Stade du Pré-Fleuri. Nevers bat Carcassonne, 41-10 (17-10). Points-terrain : 5-0.

Évolution du score : 0-3 ; 3-3 ; 10-3 ; 15-3 ; 17-3 ; 17-8 ; 17-10 ; 20-10 ; 25-10 ; 27-10 ; 32-10 ; 34-10 ; 39-10 ; 41-10.

 

Pierre-Baptiste Nuchy. Juges de touche 1, Nicolas Datas ; de touche 2, Christophe Gaillardon ; d’en-but 1, Richard Nocart ; d’en-but 2, Laurent Colin. Arbitre 4 : Anthony Marceau. Arbitre 5 : Christophe Bouillet.

 

Temps doux et pluvieux, pelouse en excellent état, éclairage parfait. 

 7 147 spectateurs.