Championnat de France de Pro D2

Phase Aller - J5

AURILLAC / NEVERS

12 - 16

   

 

 

 

PAS BEAU MAIS TELLEMENT BON !


 

 

Imprécis en touche, ballotés en mêlée et maladroits derrière, les Neversois ont pourtant réussi à s’imposer sur la pelouse humidifiée par le crachin du stade Jean-Alric. Une copie à revoir mais une note au-dessus de la moyenne au final.

Lors de la première soirée automnale de la saison, Nivernais et Cantaliens eurent bien du mal à développer leur jeu. Si chacun se heurta souvent à un secteur défensif bien organisé, la multiplication des approximations ne fit que rarement se lever de leurs sièges les spectateurs, tout au long d’une première période brouillonne.

 

 

UN BON MORCEAU DE CANTAL

 

Au milieu de ce salmigondis de rugby, les Aurillacois trouvèrent tout de même de quoi se réjouir. Un essai en force de leur bulldozer Shaun Adendorff, non transformé par Joris Segonds, dès la 8e’, et un autre, de pénalité à la suite d’une mêlée conquérante, les placèrent en position favorable, même si Zack Henry avait, en sandwich, passé sa première pénalité (12-3, 31e’).

L’ouvreur anglais de Nevers rapprocha les siens à trois minutes de la pause, en glissant trois nouveaux points dans sa besace. Comme un symbole, cette première période se termina sur un nouveau lancer manqué par l’alignement bourguignon puis un en-avant d’Ilikena Bolakoro, pourtant le plus en vue des trois-quarts usonistes.

 

sans issuE

 

Probablement secoués dans les vestiaires, les élèves de Xavier Péméja semblèrent vouloir donner du volume à leur jeu. Malheureusement, il y eut quasiment toujours une erreur dans les transmissions pour contrecarrer les projets nivernais. En face, Paul Boisset cornaquait au mieux ses avants et Segonds, de son pied droit précis, ramenait inlassablement les visiteurs dans leur camp.

Une faute locale en touche permit tout de même à Henry de rentrer son équipe dans le bonus défensif, avant qu’il ne cède sa place à Nicolas Vuillemin. Dans ces conditions, un point ramené pouvait constituer une récompense inespérée…

 

payé au plein Tarrit

 

Mais le changement qui eut le plus d’influence sur le résultat final se produisit à la 73e’ lorsqu’Anthony Maury, qui vécut un calvaire dans son rôle de lanceur, fut remplacé par Janick Tarrit. Le gamin de 19 ans arracha un premier ballon, une minute après son entrée, mais la percée de Frédéric Urruty ne fut pas bonifiée par Nemo Roelofse, coupable d’un en-avant. Qu’importe, à la 77e’, il remit ça sur une action plein axe des Aurillacois et constitua le point de départ de la plus belle offensive des Jaunets.

Depuis leurs 22 mètres, les Usonistes relancèrent, Bolakoro croisant avec Josaïa Raisuqe qui sollicita quatre adversaires avant de créer un point de fixation. Au relais, Stellio Bessaguet, lui aussi jeune et entré depuis peu, alerta Stéphane Bonvalot lancé comme une fusée. L’ailier bourguignon eut la sagesse de ralentir sa course pour mieux fixer l’ultime rempart local et offrir à Loïc Le Gal une course folle jusque dans l’en-but. En coin, Vuillemin ajouta deux unités (16-12), obligeant les locaux à marquer un troisième essai pour l’emporter.

Un nouvel à-peu-près nivernais donna cette occasion aux Cantalous. Mais, à leur tour, ils se montrèrent imprécis en touche, Kevin Savea lobant Baptiste Hézard. Les Neversois se jetèrent alors sur le cuir comme un voleur sur le butin de son hold-up et le conservèrent jusqu’à la sirène.

Ovalien Dupré

(à partir des images d'Eurosport Player)
 

 

 

LES COMPOSITIONS D'éQUIPES

 

 AURILLAC NEVERS

15. Mc Phee ; 14. Salles (21. De Wet, 59e’), 13. Cassan, 12. Dubourdeau, 11. Lohore ; 10. Segonds, 9. Boisset (cap.) ; 7. Roussel, 8. Adendorff (24. Lebreton, 51e’), 6. Tsutskiridze (19. Maïtuku, 59e’) ; 5. Corbex (4. Hézard, 72e’), 4. Hézard (18. Lomidze, 61e’) ; 3. Alves (23. Ojovan, 61e’), 2. Rude (16. Savea, 20e’), 1. Nostadt (17. Seyrolles, 44e’). Non utilisé : 20. Nel.

 

Entraîneur des avants André Bester, entraîneur des arrières Thierry Peuchlestrade.

15. Le Gal ; 14. Raisuqe, 13. Naqiri, 12. Bolakoro, 11. Bonvalot ; 10. Henry (22. Vuillemin, 59e’), 9. Urruty (21. Bessaguet, 74e’) ; 7. Cotte (25. Kazubek, 22e’-28e’), 8. Jean-Baptiste Manevy (19. Quercy, 50e’-59e’), 6. Bastide (cap.) (25. Kazubek, 59e’) ; 5. Chalureau ; 4. Bradshaw (18. Ceyte, 59e’) ; 3. Roelofse (23. Lolohea, 32e’ ; 73e’), 2. Maury (16. Tarrit, 73e’), 1. Curie (17. Sénéca, 61e’).

 

Manager général Xavier Péméja ; entraîneurs des avants Sébastien Fouassier, entraîneurs des arrières Guillaume Jan.

 

LES FAITS DE MATCH

 

AURILLAC

NEVERS

 

ESSAIS 2 essais Adendorff (8’), de pénalité (30’)

1 essai Le Gal (77’) 

TRANSFORMATIONS   1 transformation Vuillemin 
PENALITES   3 pénalités Henry (16', 37', 53’)
DROPS    
   
 

 

   

 

LES INFOS EN PLUS

Aurillac – Vendredi 21 septembre, 20 h – Stade Jean-Alric. Nevers bat Aurillac, 16-12 (6-12).

Évolution du score : 0-5 ; 3-5 ; 3-12 ; 6-12 ; 9-12 ; 14-12 ; 16-12.

 

Laurent Milotte. Juges de touche 1, Flavien Hourquet ; de touche 2, Thierry Devais ; d’en-but 1, Laurent Colin ; d’en-but 2, Franck Taillandier. Arbitres 4 : Olivier Darnaudet ; 5 : Mickaël Fouret.

 

Temps pluvieux et frais, pelouse en bon état, éclairage satisfaisant.

  spectateurs.